LA STATUE ABANDONÉE

Le corps de la femme était un ciel plein d'ombres
sa nuée s'allongeait brisée en plis amers
les lianes les fougères embrassaient la pierre
et deux mains parfumées s'ouvraient à mon approche

Géo-Charles
publicado por RAA às 14:46 | comentar | favorito