22
Fev 12

"Pour veiner de son front la pâleur délicate"

Pour veiner de son front la pâleur délicate,

Le Japon a donné son plus limpide azur;

La blanche porcelaine est d'un blanc bien moins pur

Que son col transparent et ses tempes d'agate.

 

Dans sa prunelle humide un doux rayon éclate;

Le chant du rossignol près de sa voix est dur,

Et, quand elle se lève à notre ciel obscur,

On dirait de la lune en sa robe d'ouate.

 

Ses yeux d'argent bruni roullent moelleusement;

Le caprice a taillé son petit nez charmant;

Sa bouche a des rougeurs de pêche et de framboise;

 

Ses mouvemments sont pleins d'une grâce chinoise,

Et près d'elle on respire au tour de sa santé

Quelque chose de doux comme l'odeur du thé. 

publicado por RAA às 15:30 | comentar | favorito
27
Jan 12

DERNIER VOEU

Voilà longtemps que je vous aime:

-- L'aveu remonte à dix-huit ans! --

Vous êtes rose, je suis blême;

J'ai les hivers, vous les printemps.

 

Des lilas blancs de cimetière

Près de mes tempes ont fleuri;

J'aurai bientôt la touffe entière

Pour ombrager mon front flétri.

 

Mon soleil pâli qui décline

Va disparaître à l'horizon.

Et sur la funèbre colline

Je vois ma dernière maison.

 

Oh! que de votre lèvre il tombe

Sur ma lèvre un tardif baiser,

Pour que je puisse dans ma tombe,

Le coeur tranquille, réposer!

 

Théophile Gautier

publicado por RAA às 11:55 | comentar | favorito